les-nouvelles-chaises-de-nina

les-nouvelles-chaises-de-nina

Politique


Gilets jaunes

 

 

 

 

 

Venus de toutes parts, ils l'ont dit et osé,

Le jaune était de mise sur les Champs Élysées.

Les yeux écarquillés, j'ai vu les barricades

Dressées sur l'avenue, les flics en embuscade…

 

Souvenirs de jeunesse, cinquante ans en arrière,

Les pavés descellés, Marseillaise et bannières.

Hurlement de sirènes, gazage au lacrymo…

C'est une insurrection. Je n'avais plus de mots.

 

Et pendant ce temps là, le monarque s'entête,

Engage des travaux pour sa salle des fêtes,

Mais ne se montre pas. La honte qu'il évoque

Pour accabler la plèbe, les remous qu'il provoque,

 

Ne le concernent pas ? Démission exigée

Par un peuple en colère, asphyxié, affligé,

Qui ne lâchera pas. Voyez, ils sont le nombre !

Et ils ne veulent pas d'un futur aussi sombre.

 

 

 

 

 

Nina Padilha © 25/11/2018


25/11/2018
16 Poster un commentaire

Tombés au champ d'horreur

Bleuets.jpg

 

 

 

 

Chancelier d'un côté et président de l'autre.

Sous un soleil timide consignent leur histoire :

Arborant des bleuets, ils saluent la mémoire

La réconciliation, dont ils sont les apôtres.

 

Et ceux qui sont tombés dans la boue et l'horreur,

Ceux qui se sont battus sans trop savoir pourquoi,

Sous l'éclat des obus dans les fossés narquois,

Qu'on encense, aujourd'hui, d'un cortège d'honneurs…

 

Les ombres de ces hommes, milliers de trépassés,

Regardent d'au-delà, chanter leur descendance.

Leurs âmes, libérées, dans la lumière dansent.

Tant d'autres sacrifiés, fantômes du passé,

 

De la chair à canons pour la gloire éphémère

De généraux puissants, font une farandole.

Nos édiles jamais n'ont tenu leur parole.

Plus jamais ça ? Rêvons. La vie n'est que chimères…

 

 

 

 

Nina Padilha © 11/11/2018

 

 


11/11/2018
14 Poster un commentaire

Il faudra bien voter


 

 

 

 

 

Ne pas faire mon devoir serait inadmissible.

Il faudra bien trancher dans ce choix impossible.

D'un côté le banquier. De l'autre l'avocate.

J'exècre tous les deux. L'affaire est délicate.

 

Ne voulant point débattre, ni vous faire un dessin,

Ma plume baïonnette veut sonner le tocsin.

L'un se dit sans parti et cherche à nous séduire

Diffamant l'adversaire qu'il souhaite éconduire.

 

Trop jeune, audacieux, vassal de la finance.

Il est trop sûr de lui et veut saisir sa chance.

L'autre veut rassurer, prendre les choses en mains.

Elle veut incarner la France de demain.

 

Affranchie de son père ? Manœuvre méconnue.

C'est un entendement, je crois, c'est convenu.

Il tire les ficelles, dans l'ombre de sa blonde.

L'autre de festoyer, le soir, à la Rotonde.

 

Pitoyables pantins que le pouvoir attire.

Je n'esquiverai pas et ne saurai mentir.

Exit la peste brune. Idem le choléra.

Mais rester vigilants sur qui l'emportera.

 

 

 

Nina Padilha © 01/05/2017

 

 


01/05/2017
10 Poster un commentaire

Présidentielles 2017

 

 

 

 

Cupides candidats, plombés par les affaires.

Tous à la queue-leu-leu, faisons notre devoir.

Il faut en élire un, le meilleur, tant qu'à faire.

Je réfléchis encore mais je n'ai pas d'espoir…

 

Je repense à Hugo et ses vers baïonnettes.

Victor aurait honni ces veules marionnettes.

Toujours la même histoire et les mêmes breloques.

Il écrivait déjà, observant son époque :

 

*Je ne voterai pas du tout
Car l'intrigue est semée d'embûches
Pour le genre et pour le goût.
Cette urne est pleine de cruches.

 

* Victor Hugo – 1880

 

 

Nina Padilha @ 23 avril 2017


23/04/2017
22 Poster un commentaire

Vers 2017

Carte électeur.JPG

 

 

 

 

La lucarne s'enflamme.

De monsieur ou madame

Qui saura vous séduire ?

Vanter notre avenir ?

 

Ces blablas me morfondent.

Qui compte sur la blonde ?

Des urnes convoitées

La plèbe dépitée

 

Semble tourner le dos.

Ce n'est pas un cadeau !

Ils donnent du gosier

Mais ont tous un casier ;

 

Trempent dans les "affaires".

Voter ? Mais pourquoi faire ?

C'est pour me faire marcher ?

Un leurre, un hochet ?

 

Une démocratie

Ou une oligarchie ?

Je suis dubitative.

Un tantinet craintive.

 

Le futur sent mauvais.

Avant, quand on vivait,

C'était tout autre chose.

Mes demain sont moroses…

 

 

 

Nina Padilha © 13/11/2016

 

 


13/11/2016
10 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser