les-nouvelles-chaises-de-nina

les-nouvelles-chaises-de-nina

Poésie


La bonne copine

Femme Nossa.gif

 

 

 

 

Je suis pour les copains la bonne copine

Je ris dès le matin rien ne me chagrine

Tout le monde voit bien que j'ai bonne mine

Je ne suis en rien celle qu'ils imaginent

 

J'ai aussi mes cafards et mes insomnies

J'ai parfois peur du noir comme une petite fille

Je voudrais bien savoir souvent où j'en suis

Ils n'ont pas l'air de croire que je vis aussi

 

Je suis pour les copains la bonne copine

Celle qui tend la main, celle qui câline

Je finirai demain par avoir le spleen

Comprendront-ils enfin que cela me mine

 

J'ai aussi mes cafards et mes insomnies

J'ai parfois peur du noir comme une petite fille

Je voudrais bien savoir souvent où j'en suis

Ils n'ont pas l'air de croire que je vibre aussi

 

Je suis pour les copains la bonne copine

Je ris dès le matin rien ne me chagrine

Tout le monde voit bien que j'ai bonne mine

Je ne suis en rien celle qu'ils imaginent

 

 

Nina Padilha © 1974

 

 

 

Un poème retrouvé et mis en musique par Steve Hacoun

Sympa, les souvenirs…
Ben… Je n'ai pas trop changé, je crois.


12/10/2020
14 Poster un commentaire

Errebelde naiz

Barbelés oiseaux.jpg

 

 

 

 

 

C'est l'été qui s'achève et ce matin s'allume

Dans le chant des oiseaux en titillant ma plume…

Mais l'encre s'est figée coagulant les vers

Qui auraient pu fleurir. Mon cœur est à l'envers.

 

Futur sans avenir, croupissent mes journées

Engluées de silence pour des rêves mort-nés.

Où sont les percussions qui rythmaient, autrefois,

Les chansons syncopées qui emportaient ma voix ?

 

Je pleure de tristesse en regardant ce monde

Qui se voulait jardins. Les humains sont immondes.

Pourtant je me rebiffe, je rue dans les brancards

Qui entravent mes flancs, sans suivre les tocards

 

Masqués, débilités, regards accusateurs,

Abrutis des merdias si manipulateurs…

Regardez-moi, hostile, refuser tous les jougs

Loin de moi l'idée même de tendre l'autre joue.

 

Comme les Télamons, aussi libre et rebelle

Je rejoins l'horizon en déployant mes ailes ;

Du moins, dans l'écriture, bien mieux que le divan !

Mes accus rechargés, je file avec le vent…

 

 

 

Nina Padilha © 31/08/2020

 

 

*Errebelde naiz – je suis rebelle (basque)

 

 


31/08/2020
14 Poster un commentaire

La vie continue…

Victor Hugo.jpg

 

 

 

 

 

Aveugles devenus, des copains me délaissent.

Leurs neurones brillants sont revus à la baisse.

Pour eux je suis damnée, devenue complotiste.

Un à un ils s'en vont. Leurs vibrations d'artistes

 

Ont une résonnance détonant à mon cœur.

 D'autres leur font chorus, étranglés de rancœur.

Je me retrouve seule, en paix avec moi-même.

Seul un noyau d'amis, des fidèles qui m'aiment,

 

Pour tout ce que je suis, reste auprès de moi.

Au creux de leur tendresse qui panse mes émois

Je me ressource un peu. Cependant je m'étiole.

Pour tromper mon humeur, je rime de traviole :

 

Ma plume vibre encore pour des vers résilience

Mais perd de sa vigueur. Et pourtant, elle danse…

Mon livre dérangeant aura son point final.

Je me tâte vraiment : choisir mon terminal,

 

Tirer sa révérence, laisser ce monde fou.

Rien à faire ici-bas, le reste je m'en fous.

Bousiller le karma ? Vous me la baillez belle !

Je refuse de vivre dans ce monde-poubelle.

 

 

 

 

Nina Padilha © 29/08/2020

 

 

 

 


29/08/2020
16 Poster un commentaire

Fin d'été 2020

Migration de grues.jpg

 

 

 

 

 

D'un grillon égaré appelle dans la nuit.

Et son cri, entêté, vient troubler mon ennui,

L'été touche à sa fin. Auguste, et ses moiteurs

Sur la pointe des pieds, regagnent l'équateur.

 

Pour cause de virus, les Harleys évincées

Ne se rassemblent pas. Le préfet policé

Obéit sagement aux ordres de l'État.

Le NOM se met en place : un bien triste constat.

 

Se fanent lentement mes plants sur la terrasse.

Mon fils ne viendra pas. Ma personne l'agace.

J'ai mis des bières au frais pour ceux qui, de passage,

Viennent me visiter. Cette année, pas de plage :

 

Il faut être masqué et je hais cette idée.

Franchement, les poissons seraient incommodés ?

Le stupide pouvoir aux oukases douteux !

N'écoutant que l'argent, imbus et vaniteux…

 

 

 

 

Nina Padilha © 26/08/2020

 

 


26/08/2020
10 Poster un commentaire

Encore un roman

IMG_0025.JPG

 

 

 

 

 

 

Les gens ne lisent pas (je ne peux rien y faire)

Préférant s'amuser. Ce n'est point mon affaire.

J'écris pour le plaisir, je ne puis m'en passer.

Nouveau roman en vue : je fouille le passé,

 

L'ancestrale mémoire enfouie sous l'amnésie

Des peuples ignorants. Lamentable hérésie !

La genèse des uns, se mêlant à tant d'autres,

Et toujours quelques uns jouant les bons apôtres

 

Ils altèrent l'histoire pour servir leurs desseins.

Des frères ennemis, bandits et assassins.

Ce qui nous est conté, est faux et je m'en passe.

Cherchant la vérité, toujours je me surpasse.

 

Je découvre, ébahie, des choses ignorées

Et des cultes solaires aux votifs  apeurés.

Comment l'humanité, toute en absurdité,

Pour des dieux rédempteurs qui n'ont pas existé,

 

Bâti des cathédrales, massacre son voisin

Réduit en esclavage son frère, son cousin…

Les ancêtres bafoués dont des traces subsistent

Sont qualifiés de mythes. A peine s'ils existent !

 

J'écris, j'écris encore, même si mes bouquins,

En autoédition, n'intéresseront qu'un

Ou deux de mes amis. Aucune vanité !

Je soigne mes acquis. Pas ma postérité.

 

 

Nina Padilha © 07/08/2020

 

 

 

 

 

 


07/08/2020
6 Poster un commentaire