les-nouvelles-chaises-de-nina

les-nouvelles-chaises-de-nina

Poésie


Heureux anniversaire

Gateauanniver1.gif

A mon fils

 

 

 

 

Soleil amérindien illuminant mes jours,

Ce sont trente deux ans que tu fêtes en mai.

Loin de mes yeux, peut-être, pas de mon amour,

Dans le cœur de Lana tu brilles désormais.

 

Ne brûles pas le mien, bancal et à l'envers.

Le temps nous est compté, il me deult, ce matin,

Et tu manques beaucoup à mon pauvre univers,

Même désabusé, querelleur et hautain.

 

Heureux anniversaire et plein de bonnes choses.

Puissent les Orixás guider ton devenir.

Ils veillent en silence, sur eux je me repose.

Que la paix, la lumière, baignent ton avenir. 

 

 

 

Nina Padilha © 05/05/2019

 


05/05/2019
6 Poster un commentaire

Voyage mouvementé

IMG_9489.JPG

 

 

Un soleil généreux illumine les voies

De la petite gare. Je pars avec entrain.

Un accident à Nîmes, dit soudain une voix.

Retour à Montpellier et changement de train.

 

Deux heures de retard et beaucoup de fatigue

Ont plombé l'arrivée dans cette capitale

Si prisée, autrefois. Des gens qui zagziguent,

Bousculent ma valise, mes craintes, mon mental.

 

Le métro délaissé, l'après-midi s'achève.

Un taxi débonnaire m'emporte vers Choisy.

Je retrouve les lieux où j'ai fait tant de rêves,

Les rues, les magasins et mes amis choisis.

 

Je contacte mon fils, toujours aussi sévère.

Et je pense à Lana… J'ai hâte de la voir.

Elle ne me connaît pas et voilà mon calvaire :

Condamnée sans appel, sentence sans espoir.

 

L'âge me rend muette. Je reste au garde-à-vous.

J'esquive les conflits. Mon cœur saigne, pourtant.

Merci à mes amis, je reviendrai pour vous.

Peut-être l'an prochain. Laissez-moi donc du temps…

 

 

Nina Padilha © 27/03/2019

 

 


27/03/2019
14 Poster un commentaire

Pourvu que l'enfer…

   Plume_sang.jpg

               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Car rien en ce monde ne pourra vous faire payer

Toute la pourriture et le mal engendré.

Vos délires de chimistes.

 

Aucune rédemption et pour l'éternité,

Vos veules intérêts engloutis à jamais.

Ignobles et égoïstes.


Vos empires déchus, votre empreinte effacée,

Pour réécrire l'Histoire et tout recommencer.

Pourvu que l'enfer existe !

 

Pour ces terres violées, ces frontières tracées,

Pour cette eau imbuvable, la nourriture souillée…

Ce monde impérialiste.

 

Pour ces dieux imposés, cet argent dépravé,

Les océans noircis, les forêts incendiées…

Ces visions futuristes.

 

Pour tous ces animaux décimés, massacrés,
Ces esclaves brimés, ces guerres inventées…
Pourvu que l'amour résiste !

 

 

 

 

 

Nina Padilha © 20/05/2010


12/02/2019
10 Poster un commentaire

Mémoires antiques

Terra.jpg

 

 

 

 

Les hommes, ignorants, béotiens et avides,

Coursent aveuglément tant de rêves cupides !

Ils ne comprennent pas les messages de pierre,

La force des ténèbres occultant la lumière…

 

Les présages cachés autour des pyramides,

La science des Mayas, la leçon Atlantide,

Mystères dévoilés dans les livres d'argile

Enterrés désormais sous la jungle des villes…

 

Car soufflera le vent venu des steppes brunes,

Détruisant à jamais tout le secret des runes,

Statues et mégalithes aux arcanes cryptés…

 

Et la vie s'éteindra sur ce caillou stérile

Dérivant dans l'espace. Même plus un fossile.

Les ombres du passé se seront délitées.

 

 

Nina Padilha © 20/01/2019

 

 

 

 

Réécriture :

 

Les hommes, ignorants, béotiens et avides,

Coursent aveuglément tant de rêves cupides !

Ils ne comprennent pas les messages de pierre,

La force du néant occultant la lumière…

 

Les présages cachés autour des pyramides,

La science des Mayas, la leçon Atlantide,

Mystères dévoilés dans les livres d'argile

Enterrés désormais sous la jungle des villes…

 

Car soufflera le vent venu des steppes brunes,

Détruisant à jamais tout le secret des runes,

Statues et mégalithes aux arcanes cryptés…

 

La vie disparaîtra de ce caillou stérile

Dérivant dans l'espace. Même plus un fossile.

Les ombres du passé désormais délitées.

 

 

Nina Padilha © 20/01/2019

 

 

Prosodie corrigée par Denis Jallion*, en toute amitié.

*Sociétaire des Poètes Français.


20/01/2019
16 Poster un commentaire

Nouvel an 2019


 

 

 

 

 

 

 

La toile, ce matin, dégouline de vœux.

C'est bonne année par-ci, et bonne année par-là…

Amour, santé, bonheur et tout ce que l'on veut…

Que de bons sentiments ! Bisous et tralalas…

 

Cela n'aura qu'un temps. Très vite oubliés,

Les souhaits exprimés resteront lettre morte.

Le temps est assassin et dans son sablier,

S'écoulent les espoirs que la mémoire emporte.

 

Je dirai simplement : bonne chance, hauts les cœurs
Et gardez à l'esprit ce que vivre veut dire.

L'amour doit gouverner. Oubliez les rancœurs.

Soyez gentils et vrais, cessez donc de maudire.

 

Car une main tendue, l'écoute, le partage

Sont souvent essentiels en maintes occasions.

Aidez, si vous pouvez, offrez un avantage

Et respectez autrui, changez votre vision.

 

Que l'année vous soit douce, paisible, lumineuse.

Prenez bien soin de vous, vos amis et vos proches.

Si le cœur vous en dit, je serai très heureuse :

Venez me visiter (mais non, pas de reproches !)

 

 

 

Nina Padilha © 01/01/2019

 

 

 

 

 


01/01/2019
20 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser