les-nouvelles-chaises-de-nina

les-nouvelles-chaises-de-nina

Sans moi

Virus pour les merdias.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Depuis que ce virus occupe l'attention

Des merdias imprimant des news à sensation

Les autres maladies, auraient-elles disparu ?

Tous les autres décès, cela semble incongru,

 

Ne sont plus dénombrés. C'est purement magique !

Il a remis en cause toute l'histologique,

Ce corona machin, un sacré numéro…

Il a tout effacé, tout remis à zéro.

 

Pourtant, ici et là, quelques voix ont fusé.

Contrariant le blabla des gens autorisés

A débattre, sérieux, de façon collégiale.

Leurs propos lénifiants, leur ego colossal…

 

Prêteraient à sourire en d'autres circonstances.

Un professeur s'en mêle, aussitôt on le tance !

J'ai vu un prix Nobel conspué sur la toile,

De simples médecins accrocher leur étoile

 

Sur des publications vendues au plus offrant

De grands laboratoires se déshonorant.

Dans ce monde faussé où est la vérité ?

On est bien trop sur terre, il faudra limiter

 

Cette démographie qui semble s'emballer.

Tant pis pour les BB qui veulent m'accabler.

Certains, plus éveillés hérissent leurs pensées.

J'approuve les idées de ceux qui, courroucés,

 

Exposent, réfléchis, ce qu'ils ont décelé,

Ne veulent, surtout pas, être manipulés.

J'adopte tout cela et suis assez d'accord.

Vous aurez beau y faire, vous n'aurez pas mon corps.

 

J'avance à découvert dans les rues de ma ville.

Une triste pensée pour ces moutons dociles

Qui affichent leurs yeux, regards accusateurs

Des sourires masqués et des gestes menteurs.

 

 

 

Nina Padilha © 13/07/2020

 

 

 



13/07/2020
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 84 autres membres