les-nouvelles-chaises-de-nina

les-nouvelles-chaises-de-nina

Le chagrin du basalte

Ciel Agde Marin.jpg

 

 

 

 

 

L'hiver qui se rapproche fait frissonner mon âme

Mes vers ont bien du mal ! Je vous le dis, Madame.

Ce matin de tempête, je suis restée chez moi

A regarder octobre diluer ses émois.

 

Vous auriez vu la pluie danser avec le vent.

Les feuilles s'envoler jusque sous les auvents.

Vous auriez entendu gémir tous les noyés ;

Le Marin chahuter, les pierres larmoyer.

 

Vous auriez vu, Madame, l'état de ma terrasse !

Le mimosa à terre, mes mains inefficaces ;

Le chagrin du basalte, les lauriers désolés,

Le silence perdu et mes larmes couler…

 

 

 

Nina Padilha © 13/10/2016

 

 



13/10/2016
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres