les-nouvelles-chaises-de-nina

les-nouvelles-chaises-de-nina

Gilets jaunes

 

 

 

 

 

Venus de toutes parts, ils l'ont dit et osé,

Le jaune était de mise sur les Champs Élysées.

Les yeux écarquillés, j'ai vu les barricades

Dressées sur l'avenue, les flics en embuscade…

 

Souvenirs de jeunesse, cinquante ans en arrière,

Les pavés descellés, Marseillaise et bannières.

Hurlement de sirènes, gazage au lacrymo…

C'est une insurrection. Je n'avais plus de mots.

 

Et pendant ce temps là, le monarque s'entête,

Engage des travaux pour sa salle des fêtes,

Mais ne se montre pas. La honte qu'il évoque

Pour accabler la plèbe, les remous qu'il provoque,

 

Ne le concernent pas ? Démission exigée

Par un peuple en colère, asphyxié, affligé,

Qui ne lâchera pas. Voyez, ils sont le nombre !

Et ils ne veulent pas d'un futur aussi sombre.

 

 

 

 

 

Nina Padilha © 25/11/2018



25/11/2018
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres