les-nouvelles-chaises-de-nina

les-nouvelles-chaises-de-nina

Des racines et des ailes

 Nito-et-moi.jpg

 

 

 

 


Ce furent de belles nuits, égayées de musique,

Où ma voix explosait, libérée, magnifique,

Emportant avec elle des sanglots étouffés

Et des rêves déchus savamment maquillés.

En perdant mes racines, j'avais trouvé des ailes

Et mon âme, parfois, se croyait  immortelle.

 

Ce furent tant de nuits, sous un ciel inconnu !

Ces airs apprivoisés mettaient mon cœur à nu

Je me voulais d'airain, stoïque et insensible

J'avais des pieds d'argile et dévoilais ma cible.

Oubliant mes racines, j'avais aimé ces ailes

Et mon âme planait, se croyant  immortelle.

 

Ce furent tant de nuits ! Leur souvenir m'obsède.

Et puis les souvenirs, c'est tout ce que je possède.

Maintenant en exil de ces terres lointaines

Il m'arrive de chanter, comme une envie soudaine.

Retrouvant mes racines, j'ai égaré mes ailes.

Et mon âme soupire car je me languis d'elles.

 

Et ce sont tant de nuits, immobiles et désertes…

En ces feuillets biffés de poésie offerte, 

Je vibre en écoutant des refrains familiers

Evoquant ces envols à jamais effacés.

Qu'importent les racines : j'ai retrouvé des ailes

Et mes écrits rendront mes pensées immortelles.

 

 

Nina Padilha © 10/04/2010

 



07/08/2015
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres