les-nouvelles-chaises-de-nina

les-nouvelles-chaises-de-nina

Promesse d'orage

Ciel Agde.jpg

 

 

 

 

 

D'une tiare de feu, Auguste est couronné.

Sous son regard brûlant, s'est enfermée la ville.

Les arides collines, à l'herbe calcinée,

Accablées de chaleur, seront presque stériles

 

Si l'astre despotique, ne freine ses ardeurs.

La lune courroucée devant tant d'impudence

Electrise le ciel, secouant la lourdeur

Engluant les ténèbres. L'orage est évidence.

 

Séléné, par moments, transperce les nuages,

Jetant un œil curieux sur la lande assoiffée.

La pluie, tant attendue, est encor' loin des plages

Ignorant les attentes d'un sable surchauffé.

 

Ce matin le soleil, occulté de grisaille,

Une brise légère, apaisante caresse,

Laisse un peu de répit, soulage les tenailles.

Mais la manne attendue n'était qu'une promesse.

 

 

 

 

Nina Padilha © 08/08/2017

 

 

 

 



08/08/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 69 autres membres