les-nouvelles-chaises-de-nina

les-nouvelles-chaises-de-nina

Politique


Il faudra bien voter


 

 

 

 

 

Ne pas faire mon devoir serait inadmissible.

Il faudra bien trancher dans ce choix impossible.

D'un côté le banquier. De l'autre l'avocate.

J'exècre tous les deux. L'affaire est délicate.

 

Ne voulant point débattre, ni vous faire un dessin,

Ma plume baïonnette veut sonner le tocsin.

L'un se dit sans parti et cherche à nous séduire

Diffamant l'adversaire qu'il souhaite éconduire.

 

Trop jeune, audacieux, vassal de la finance.

Il est trop sûr de lui et veut saisir sa chance.

L'autre veut rassurer, prendre les choses en mains.

Elle veut incarner la France de demain.

 

Affranchie de son père ? Manœuvre méconnue.

C'est un entendement, je crois, c'est convenu.

Il tire les ficelles, dans l'ombre de sa blonde.

L'autre de festoyer, le soir, à la Rotonde.

 

Pitoyables pantins que le pouvoir attire.

Je n'esquiverai pas et ne saurai mentir.

Exit la peste brune. Idem le choléra.

Mais rester vigilants sur qui l'emportera.

 

 

 

Nina Padilha © 01/05/2017

 

 


01/05/2017
10 Poster un commentaire

Présidentielles 2017

 

 

 

 

Cupides candidats, plombés par les affaires.

Tous à la queue-leu-leu, faisons notre devoir.

Il faut en élire un, le meilleur, tant qu'à faire.

Je réfléchis encore mais je n'ai pas d'espoir…

 

Je repense à Hugo et ses vers baïonnettes.

Victor aurait honni ces veules marionnettes.

Toujours la même histoire et les mêmes breloques.

Il écrivait déjà, observant son époque :

 

*Je ne voterai pas du tout
Car l'intrigue est semée d'embûches
Pour le genre et pour le goût.
Cette urne est pleine de cruches.

 

* Victor Hugo – 1880

 

 

Nina Padilha @ 23 avril 2017


23/04/2017
22 Poster un commentaire

Vers 2017

Carte électeur.JPG

 

 

 

 

La lucarne s'enflamme.

De monsieur ou madame

Qui saura vous séduire ?

Vanter notre avenir ?

 

Ces blablas me morfondent.

Qui compte sur la blonde ?

Des urnes convoitées

La plèbe dépitée

 

Semble tourner le dos.

Ce n'est pas un cadeau !

Ils donnent du gosier

Mais ont tous un casier ;

 

Trempent dans les "affaires".

Voter ? Mais pourquoi faire ?

C'est pour me faire marcher ?

Un leurre, un hochet ?

 

Une démocratie

Ou une oligarchie ?

Je suis dubitative.

Un tantinet craintive.

 

Le futur sent mauvais.

Avant, quand on vivait,

C'était tout autre chose.

Mes demain sont moroses…

 

 

 

Nina Padilha © 13/11/2016

 

 


13/11/2016
10 Poster un commentaire

Au cœur de la Belgique

 

 

 

 

 

Les barbus ont frappé le cœur de la Belgique.

Le monde stupéfait, confronté à l'horreur,

S'interroge, un peu tard, sur les viles erreurs

Dont il est responsable. Mais pas d'autocritique.

 

Comment peut-on lutter et se débarrasser

De ces hommes cruels, aliénés, psychotiques,

Qui ne connaissent pas le dialogue sensé ?

 

Ô les âmes damnées, exaltant les enjeux

D'un coran dévoyé si pas moyenâgeux.

 

Espérons que bientôt ils seront terrassés.

 

 

Nina Padilha © 22/03/2016

 


23/03/2016
14 Poster un commentaire

Engagez-vous

Tank_feu.jpg

 

 

 

 

 

 

Allez, engagez-vous. Le besoin est urgent.

Il nous faut des soldats, du sang neuf, courageux,

Aux couleurs bleu, blanc, sable. Le monde est orageux.

Les ennemis cruels, dépourvus d'entregent.

 

Protéger le pays, nos enfants, nos valeurs.

Disent les généraux. Formons des contingents

Qui iront guerroyer en Afrique ou ailleurs.

 

La jeunesse est oisive, il nous faut l'encadrer.

Qu'elle aille terrasser ce qu'on a engendré !

 

Dans les salons feutrés, nos élus sont rieurs…

 

 

Nina Padilha © 16/03/2016

 

 


16/03/2016
12 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser