les-nouvelles-chaises-de-nina

les-nouvelles-chaises-de-nina

Agde - poésies


Été méditerranéen

Méditerranee.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous la voûte cobalt, le basalte est brûlant.

Phébus, dans son ardeur, rend l'horizon tremblant.

Quand viendra le scorpion il fera du rivage

Aux torrides Césars l'incandescent hommage.

 

Dans la fraîcheur des pins, les premières cigales.

Le sud accueille enfin la saison estivale,

Ses touristes ravis de leurs peaux calcinées

Qu'ils baignent, par moments, en Méditerranée.

 

Ô combien de galères, bravant mille tempêtes

Ont cinglé sur les flots, avides de conquêtes ?

Car cette mer fermée, brasillant de lumière,

De l'audace des hommes, elle fut la première.

 

Mais à la voir ainsi, hameçonner ma plume,

Dérouler son ressac, ses dentelles d'écume,

Qui peut imaginer que reposent, au fond,

D'intrépides marins dans un sommeil profond.

 

 

Nina Padilha © 12/06/2017

 

 


12/06/2017
8 Poster un commentaire

Au jardin inattendu

Jardin inattendu.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Juste un petit café et quelques chocolats.

Calme et sérénité, le soleil, juste là.

Partager des idées, se faire une causette,

Profiter de l'instant et se vider la tête.

 

Merci de ton accueil, chaleureux, amical.

Un souffle salutaire dans un moment bancal.

Recharger les accus dans l'été qui commence

Pour mieux envisager la prochaine échéance.

 

 

 

Nina Padilha © 25/05/2017

 


25/05/2017
6 Poster un commentaire

Bifurcation

Goélands par dizaines.jpg

 

 

 

 

 

J'envie les goélands. Ils marchent, nagent, volent.

En déployant leurs ailes, ils jouent avec Éole.

Leur ballet aérien me fait parfois sourire.

Je suis ancrée au sol privée de ces délires.

 

Si m'apaise la mer, immensité liquide

J'ai le cœur dévasté et je me sens si vide !

Lors je rentre chez moi terrer inquiétudes.

Cherchant des solutions à mes incertitudes.

 

Je ne sais plus que faire : tenir ou lâcher prise ?!

Je médite, en silence, et mes pensées s'enlisent.

De mauvaises nouvelles, il fallait s'y attendre.

Cette vie, avec moi, n'a jamais été tendre.

 

J'aimerais me réjouir de ces jours soleilleux*

Mais les choses sont là et font pleurer mes yeux.

Ma plume solidaire, délaisse le roman

Pour des vers résilients, le répit d'un moment.

 

 

 

*L'adjectif soleilleux (rare) peut être employé comme équivalent d'ensoleillé.

 

 

Nina Padilha © 22/05/2017

 


22/05/2017
8 Poster un commentaire

Phébus est de retour

Solzinho.gif

 

 

 

 

Te voilà revenu, illuminer les jours.

J'ai bien cru que la pluie allait durer toujours

Tant le ciel était gris et les nuages lourds…

 

Assécher les chemins, réchauffer ma terrasse,

Allumer le basalte, la mer qui se prélasse,

Émoustiller les fleurs, palmiers et plantes grasses.

 

Phébus est de retour et j'ouvre les fenêtres.

Je regarde, ravie, monter le thermomètre.

Ostara couronnée vient chasser mon mal-être.

 

 

 

Nina Padilha © 20/02/2017

 


20/02/2017
20 Poster un commentaire

Fantaisie nocturne

IMG_7797.JPG

 

 

 

 

 

Je regarde le ciel, la nuit est avancée.

Le solstice, bientôt. Me voilà bien contente.

J'ai préparé la fête et, toute à ces pensées,

Emballé des cadeaux : je sais être accueillante.

 

J'ai prévu un buffet, des amis invités.

C'est un peu de gaieté, que je mets en poème.

On poussera les murs. Pas de Nativité !

Phébus, tout simplement, bouclera l'analème.

 

Une flaque de pluie tel un miroir liquide.

Une étoile étourdie, soudain s'y est mirée.

Elle joua, un instant, à sauter sur les rides

Que décembre, glacial, creusait pour l'attirer.

 

Quelques ombres furtives, houspillées par la Lune

S'allongeaient sur le mur enchanté de lumières :

Les fêtes se rapprochent. La filiale rancune

N'empêchera en rien la soirée coutumière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nina Padilha © 03/12/2016

 

 

 

 

 


03/12/2016
14 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser